photo du projet

Mairie, Stains (Seine-Saint-Denis)

Mairie, Stains (Seine-Saint-Denis)

Retour aux projets

Équipements

Mairie, Stains (Seine-Saint-Denis)

En 1883, la municipalité de Stains acquiert les anciennes écuries du château de Toussaint Bellanger, afin d’y aménager sa nouvelle mairie. Les écuries accomplissaient, en plus de leur fonction purement utilitaire, une fonction représentative qui s’exprime par une architecture souvent prestigieuse. Les écuries de l’ancien château de Stains ne font pas exception à cette règle, bien au contraire : avec leur composition en U qui comporte deux ailes latérales précédées de pavillons richement ordonnancés, et un corps principal, les anciennes écuries de Stains font partie des exemples les plus aboutis de bâtiments de cette fonction que l’architecture classique française ait pu produire. La qualité architecturale de ce bâtiment méconnu et souvent malmené n’est pas le fruit du hasard car il s’agit selon toute vraisemblance d’une œuvre d’Armand-Claude Mollet, l’architecte de l’actuel Palais de l’Élysée. Depuis son acquisition par la municipalité, l’édifice a fait l’objet de nombreux travaux qui ont avant tout visé à l’adapter aux besoins évolutifs des services administratifs. La façade arrière du corps principal a même été surélevée, là encore pour aménager des bureaux, au détriment de la volumétrie d’origine de cette partie l’édifice. Contrairement aux intérieurs dont l’utilisation et l’adaptation ont nécessité des travaux de rénovation fréquents et conséquents, et qui sont de ce fait en bon état, les façades et les couvertures du bâtiment sont dans un état alarmant. Les rares travaux réalisés ont même aggravé l’état de l’édifice puisque c’est avec du ciment qu’on a tenté de réparer de larges zones qui étaient autrefois enduites au plâtre ou bien constituées de parements en pierre de taille. A ces défauts préjudiciables, tant pour la conservation que pour la présentation de l’édifice s’ajoutent de très importants désordres structurels, presque toutes les façades étant traversées par d’importantes fissures. Là encore, des modifications ultérieures, comme la création d’un sous-sol au XIXe siècle, ont pu contribuer à l’aggravation des problèmes. Consciente de la gravité des désordres et soucieuse de la préservation de son patrimoine exceptionnel, la mairie de Stains a souhaité disposer d’un document qui, outre un bilan sanitaire général, comporte l’estimation du coût d’une restauration générale et offre des perspectives en vue d’une future mise en valeur.